Histoire des savoir-faire

Palaces

Le début du XIXe siècle marque l’essor de l’hôtellerie
de luxe à la française.

staff Hana Le Van
© Hana Le Van

L’avènement du tourisme

Le mot anglais palace désigne, depuis 1834, « un établissement commercial de grande taille, synonyme de raffinement et de bon goût, incarnant une idée d’une hôtellerie de luxe, réservée à une certaine élite ». À cette époque, « palace » signifie donc un « palais, [une] demeure luxueuse ». Il est pour la première fois employé en France en 1898 avec l’ouverture de l’Élysée Palace Hôtel de la Compagnie des wagons-lits, sur les Champs-Élysées

À la fin du XIXe siècle, les palaces naissent pour répondre à l’émergence d’une clientèle très haut de gamme voyageant en chemin de fer. La bourgeoisie parisienne découvre les charmes de Deauville quand les Anglais et les Russes préfèrent, eux, la chaleur de la côte d’Azur. Ces palaces, situés dans des lieux exceptionnels, sont tournés vers la mer ou la montagne. À l’occasion des expositions universelles, ils se multiplient aussi sur les avenues prestigieuses de la capitale.

L’art de vivre à la française

Cette élite voyageuse exige, en voyage, de retrouver le même confort que chez elle. Elle considère l’hôtel comme sa résidence et en sort peu. On déploie alors pour elle tout ce qui constitue l’art de vivre à la française. L’architecture tout comme la décoration sont somptueuses. Elle bénéficie des dernières inventions et d’une cuisine internationale. Le moindre de ses désirs est comblé avec un personnel en nombre plus important qu’elle.

Le modèle des palaces a pris forme, peu à peu, sous l’impulsion d’entrepreneurs audacieux comme Henri Germain, fondateur du Crédit lyonnais, ou le Suisse Alexander Seiler, d’architectes de talent comme Dalmas ou Biasini, et d’hôteliers visionnaires : Peter Ober et plus tard César Ritz. 

En France, la distinction palace a officiellement vu le jour en novembre 2010, afin de faciliter la valorisation des établissements sur la scène internationale. Elle contribue ainsi au rayonnement de la culture française et à l’attractivité de la destination France. Cette distinction est attribuée pour une durée de cinq ans.