Histoire des savoir-faire

Édition

Longtemps assurée soit par des imprimeurs, soit par des libraires, la fonction éditoriale commence avec L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, avant de se développer réellement au XIXe siècle.

Édition

Éditer sous la censure

L’invention de l’imprimerie par Gutenberg, au XVe siècle, ouvre la voie aux premiers livres imprimés qui sont diffusés, sur commande, sous une forme au départ proche de celle du manuscrit. Le livre est d’abord religieux, mais également littéraire, avec l’édition des œuvres de Montaigne, Rabelais, Ronsard et Du Bellay. À la censure exercée par l’Église, s’ajoute celle du pouvoir royal tout au long de l’Ancien Régime.

Panckoucke,
archétype du futur éditeur

Il faut attendre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle pour que naisse le secteur de l’édition à proprement parler. La reconnaissance de la propriété littéraire par la loi de 1793 reconnaît à l’auteur un régime juridique particulier afin de protéger ses œuvres et de lui permettre d’en vivre. Le succès phénoménal de LEncyclopédie de Diderot et d’Alembert participe également à l’émergence d’un marché du livre en tant que tel. Charles-Joseph Panckoucke, son libraire-éditeur, préfigure l’éditeur moderne. Car pour trouver de nouveaux lecteurs, Panckoucke a l’idée de réduire les coûts : il diminue le format et fait imprimer à l’étranger tout en jouant sur la qualité du papier. Une première !

Le XIXe, « grand siècle »
de l’édition

L’alphabétisation croissante et les innovations technologiques provoquent une véritable révolution entraînant la chute des prix du livre, dont la production augmente considérablement. Elle est multipliée par deux entre 1840 et 1890. Dans la presse, les romans-feuilletons comme La Bête humaine ont un succès fou. On assiste à l’émergence des guides de voyage, du dictionnaire, des manuels de droit, et surtout scolaires.

Édition et consommation

Les premières librairies de gare font aussi leur apparition ainsi que les grands prix littéraires. L’éditeur se distingue dorénavant de l’imprimeur et du libraire, il devient le pivot entre les deux avec un rôle précis : dialoguer avec l’auteur, lui faire des suggestions, transformer son texte en livre et le diffuser. Le livre devient alors un objet de consommation, l’édition entre dans une ère d’industrialisation qui la conduit tout droit à la révolution numérique.