Les formations aux savoir-faire
du luxe

Partout en France, les métiers du luxe recrutent des jeunes et des personnes en reconversion : céramiste, lapidaire, maquettiste, orfèvre, prototypiste, coloriste, designer, chimiste, vitrailliste, sérigraphe, œnologue… Les formations pour apprendre ces métiers sont souvent méconnues ou difficiles à identifier : certificat d’aptitude professionnelle (CAP), brevet des métiers d’art (BMA), formation continue… Vous trouverez ci-dessous les plus beaux métiers du luxe et les formations existantes pour y faire carrière.

Choisir

Les métiers du cuir et de la maroquinerie

L’essentiel est dans l’accessoire. La formule a fait le titre des grands magazines féminins, pointant ainsi l’une des évolutions majeures dans l’univers de la mode… Le sacre de l’accessoire devenu – au fil des années – un élément clé du vestiaire, la signature d’une silhouette autant que d’un style. Né dans les années 1990, cet engouement ne s’est jamais démenti et, chaque saison, les maisons de luxe rivalisent de créativité pour lancer leurs déclinaisons de sacs et chaussures, plébiscitées par toutes les férues de mode. Conséquence logique, le secteur connait une exceptionnelle croissance, comme en attestent ces chiffres d’avant pandémie. En 2019, les ventes de maroquinerie atteignaient 3,4 milliards d’euros contre… 1,8 milliards en 2010*. Notre pays est désormais le deuxième producteur européen (derrière l’Italie), largement porté par un marché international qui plébiscite la création et le luxe français. L’avenir semble donc prometteur pour la filière qui bénéficie également de deux atouts majeurs, la créativité de ses stylistes et sa faculté à se réinventer pour répondre aux attentes des consommateurs, notamment en termes d’éco-responsabilité. Dans ce contexte, le secteur connait une vraie pénurie de recrutement, à tel point que les maisons de luxe établissent des partenariats avec des lycées professionnels et créent mêmes leurs propres écoles de formation, prêtes à accueillir tous les passionnés.

*Statista research department

Les métiers qui recrutent

Responsable de collection : en collaboration avec le créateur, oriente et coordonne le travail entre le style et les ateliers de fabrication, jusqu’à la présentation des collections aux acheteurs.

Maroquinière / maroquinier : produit des objets usuels et de luxe à l’aide de cuirs souples, de petites peaux et d’accessoires ; travaille pour le secteur de la mode (vêtements, chaussures, sacs et petite maroquinerie).

Modéliste : réalise un modèle de vêtement ou d’accessoire à partir d’un croquis imaginé par le styliste ; exécute les mises au point nécessaires à la fabrication en série du produit.

Bottier / bottière : élabore à la main bottes et chaussures en suivant les étapes de découpe, assemblage et finition, le tout avec des techniques très précises (rivetage, collage, agrafage). Un artisanat aussi technique que créatif.

Coloriste : crée les formules de couleurs qui seront appliquées sur les cuirs et les peaux, en suivant le cahier des charges élaboré par le créateur. Présent sur toute la chaine de production, réalise les essais et effectue les contrôles qualité.

Malletière / malletier : fabrique des malles, savoir-faire qui mêle les techniques de la menuiserie, de la sellerie et de la maroquinerie. Aucune formation n’est aujourd’hui proposée pour cet artisanat qui se transmet de maître à élève, dans le secret des ateliers.

Sellier / sellière : fabrique des accessoires en cuir selon la « façon sellier », avec des bords francs coupés net et cousus à la main.

Patronnière / patronnier : à partir de dessins et de prototypes, le patronnier réalise les différentes pièces qui permettront la fabrication d’un objet, sur carton ou à l’aide d’un logiciel informatique ; décline ensuite ces patrons dans différentes tailles ou pointures.

Apiéceur / apiéceuse : maîtrise la morphologie féminine et masculine et effectue les calculs de métrage pour les vêtements de peau, gants, chaussures…

Coupeuse / coupeur : découpe le cuir en morceaux pour le préparer à la fabrication de produits de maroquinerie ; travaille à la main ou sur une machine automatique.

Piqueur / piqueuse : réalise des opérations d’assemblage, via toutes les techniques de piquage.

Gantière / gantier : réalise des gants selon un savoir-faire traditionnel précis et des outils spécifiques, et travaille essentiellement pour les maisons de luxe.

Et les formations qui leur donnent accès

CQP (Certificat de Qualification Professionnelle) option fabrication de chaussure, stylisme modélisme, piqûre-chaussure

CAP Maroquinerie, option fourrure, chaussure, sellier, garnisseur, vêtement de peau.

BTS design de mode et métiers de la mode.

Bac pro artisanat et métiers d’art, design et arts appliqués, métiers de la mode chaussures et maroquinerie, métiers du cuir.

Bac Pro métiers du cuir, option chaussure, maroquinerie, vêtements et accessoires de mode.

BTS Métiers de la mode, chaussure & maroquinerie.

BTS industrie des matériaux souples.

BTS design de mode, stylisme.

Bachelor gestion des innovations entreprise de mode.

Bachelor styliste et designer de mode.

Diplôme d’ingénieur spécialité tannerie, maroquinerie.

Diplôme de l’ENSAD.

Master créateur, concepteur de mode.

Master innovation du luxe.

MBA luxe, mode et art de vivre.

Formation professionnelle continue et reconversion

De nombreuses formations diplômantes sont accessibles dans le cadre de la formation permanente.

L’Institut des Métiers d’Excellence LVMH propose plusieurs formations en maroquinerie, dans le cadre d’une alternance.

La maison Chanel organise différents programmes de formation pour les métiers du cuir, dispensés dans ses ateliers de l’Oise.

L’école du cuir Hermès propose des formations dans les ateliers de la maison, répartis sur l’ensemble du territoire national.

La maison Longchamp propose des ateliers écoles en Mayenne et en Vendée.

Choisir