Les formations aux savoir-faire
du luxe

Partout en France, les métiers du luxe recrutent des jeunes et des personnes en reconversion : céramiste, lapidaire, maquettiste, orfèvre, prototypiste, coloriste, designer, chimiste, vitrailliste, sérigraphe, œnologue… Les formations pour apprendre ces métiers sont souvent méconnues ou difficiles à identifier : certificat d’aptitude professionnelle (CAP), brevet des métiers d’art (BMA), formation continue… Vous trouverez ci-dessous les plus beaux métiers du luxe et les formations existantes pour y faire carrière.

Choisir

Les métiers de la (haute) joaillerie et de l’horlogerie

Place Vendôme… Le nom seul fait rêver le monde entier. Ce lieu mythique abrite en effet quelque 27 hôtels particuliers, occupés par les plus grandes marques joaillières ; maisons historiques qui écrivent l’art du bijou depuis plus de deux siècles et dont le prestige reste inégalé. Cette renommée tient à un savoir-faire d’exception mais aussi à une faculté de toujours se renouveler, pour anticiper les désirs des femmes et les codes esthétiques de l’époque. Le secteur est aujourd’hui porté par un marché international qui a renoué avec la croissance – notamment le segment luxe – et continue de plébisciter le luxe français. Dans ce contexte, la filière recrute à tous niveaux de formation mais reste particulièrement à la recherche d’artisans spécialisés. Ces opportunités se retrouvent dans le secteur de l’horlogerie, également en quête de professionnels mêlant savoir-faire traditionnels et maîtrise des techniques innovantes. Deux filières aussi nobles que prestigieuses, qui assurent de réels débouchés aux artisans exigeants et passionnés.

Les métiers qui recrutent

Joaillier / joaillière : doté d’une grande créativité, d’une solide culture de cet univers et d’une maîtrise parfaite des savoir-faire, cet artiste/artisan conçoit des pièces de joaillerie pour les grandes maisons de luxe.

Polisseuse / polisseur en haute joaillerie : polit le bijou pour le préparer à recevoir les pierres précieuses (avant le sertissage). Durant l’étape finale de réalisation, il en assure la parfaite brillance.

Lapidaire en haute joaillerie : artisan d’art, taille et façonne les pierres précieuses qui seront ensuite placées sur le bijou par le joaillier.

Concepteur / conceptrice 3D en haute joaillerie : à partir de dessins gouachés, de photos ou de croquis, conçoit et réalise les fichiers techniques nécessaires à la réalisation de pièces prototypées.

Maquettiste en haute joaillerie : réalise des maquettes de bijoux en se conformant à des esquisses et croquis.

Sertisseuse / sertisseur : incruste des pierres précieuses sur le bijou en déterminant leur position, puis en limant et coupant les sertissures.

Designer d’objets horlogers : conçoit et réalise l’intégralité de l’habillage d’un objet horloger (boîte, cadran, aiguillage, bracelet).

Technicien / technicienne horloger : sous la direction d’un chef d’atelier, travaille sur des montres mécaniques, automatiques ou électroniques ; établit également des diagnostics, procède aux réparations et aux réglages nécessaires.

Micromécanicienne / micromécanicien : fabrique et assemble des pièces de très petites dimensions, servant à la production de mouvement et d’habillage horlogers ; fabrique des pièces uniques ou des séries plus importantes.

Opérateur / opératrice en horlogerie : assemble des mouvements mécaniques et automatiques simples, sur la base de documents techniques, et vérifie la fonctionnalité des processus tout au long de la production.

Cardanographe : reproduit des motifs (chiffres, marques, phases de la lune ou du soleil, jours, autres décorations) sur le cadran d’une montre, à la main ou au moyen de machines 3D.

Graveuse / graveur : exécute des travaux en creux ou en relief sur les cadrans de montre ; le dessin et le modelage formant les bases de ce savoir-faire à nouveau très demandé.

Glypticien / glypticienne : avec un burin imprégné de poudre de diamant, pratique l’entaille ou la sculpture sur des pierres précieuses, fines ou ornementales. Un métier aussi rare que recherché.

Et les formations qui leur donnent accès

CAP art et techniques du bijou et du joyau, option polissage.

CAP art et techniques de la bijouterie-joaillerie (option bijouterie-sertissage, polissage-finition).

BMA art du bijou, option polissage ou sertissage.

CAP lapidaire, option pierres de couleur.

Bachelor numérique, cursus de 15 mois à la Haute Ecole de Joaillerie Paris.

DMA art du bijou et du joyau.

DNAP option art et objet, Haute Ecole des Arts du Rhin.

Designer d’objets horlogers, après un CFC dans un métier de l’horlogerie.

CQP technicien d’atelier en horlogerie.

CFC de graveur.

Formation professionnelle continue et reconversion

Le CAP lapidaire peut être préparé dans le cadre de la formation continue.

Le CQP concepteur 3D est réservé aux professionnels du secteur.

L’école Nicolas Flamel propose une formation FCIL en polissage en un an.

La Haute Ecole de joaillerie -Paris propose de nombreuses formations diplômantes, dans le cadre de l’alternance.

L’institut des métiers d’excellence LVMH propose plusieurs formations en bijouterie, joaillerie et horlogerie, dans le cadre d’une alternance.

Créée en 2012 avec le soutien de la maison Van Cleef & Arpels, L’Ecole des Arts Joailliers, propose des cours dispensés par des experts, afin de faire découvrir aux amateurs les secrets de la culture joaillière.

Choisir